La logique du « toujours moins »

8 novembre 2006

Contrairement à ce que d’aucuns pourraient prétendre, la logique du « toujours moins » est bel et bien mondialisée et touche tous les secteurs d’activité. En furetant à gauche et à droite, j’ai découvert (si l’on peut parler de découverte) une déclaration faite par Sean Connery en 1992. Il y analyse l’attitude et les objectifs des grands studios cinématographiques. Et cela ressemble, de manière troublante, à mon article relatif à la Pizza Imaginale.

J’ai laissé cette déclaration en VO. Pour une traduction en français, je renvoie à des traducteurs automatiques tels Babelfish.

In films, they keep moving the goalposts every time they make a deal or contract.
It used to be worth something to have a piece of the profits, then it reached the stage where you had to have a piece of the gross, so with that and a lot of ducking and diving, they never let it get into profit and, well, they just steal the money.
I’ve been saying this for so long that it’s boring, everybody says « He sounds more like an accountant than an actor », but it’s so basically and so fundamentally wrong.
I don’t like it, and if someone doesn’t keep saying it, it will just get lost under the carpet.

In : Sean Connery, par Bob Mc Cabe (p. 153)
ISBN  1-86205-419-3

Ici comme ailleurs, la question se (re)pose : où va l’argent, où reste la juste rémunération du travail accompli et la reconnaissance de la réussite ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :